Lettre ouverte de la Société Civile de la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (MENA)

Avant le Conseil européen, 20/21 Mars 2014

MENA NGO Open Letter – EU Summit 20-21 Mar 2014 – FR version

« Les objectifs climatiques et énergétiques européens post-2020 détermineront les buts
ambitieux des dirigeants politiques dans la région MENA à la 21ème CdP à Paris et
ouvriront également la voie à un marché de l’énergie UE-MED vraiment intégré »

Lien | Publié le par | 2 commentaires

Participation de ATUDAR au Forum Citoyen pour l’Environnement

Forum Citoyen pour l’Environnement « ForCE2013 » – Tunis, le 29 juin 2013 au Palais des congrès

Forum citoyen pour l'environement1

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Tunisian Association for Agricultural and Rural Development

ATUDAR has the privilege to be associated with a wide network of professionals who specialize in agricultural and rural development.

ATUDAR is well positioned to support change especially in poor rural areas and regions of Tunisia.

Mail : atudar2011@gmail.com
Sites:

http://www.linkedin.com/profile/view?id=223083332&trk=tab_pro

http://www.linkedin.com/groups/ATUDAR-Association-Tunisienne-D%C3%A9veloppement-Agricole-4673163?trk=myg_ugrp_ovr

http://www.facebook.com/groups/350743945031162/

Atudar’s objectives is to contribute:

  • Designing and implementing agricultural projects in rural areas;
  • Improving the quality of agricultural products and food;
  • Establishing and strengthening professional agricultural organizations;
  • Preserving the environment, the management of natural resources and sustainable development;
  • Creating and supporting jobs in rural areas.

 Atudar’s activities are:

  • The contribution to the promotion of rural employment
  • Supporting and conducting rural people to implement small projects
  • Promoting employment and entrepreneurship for the young in rural areas
  • Identification and preparation of participatory rural development projects
  • Implementation of projects and development activities
  • Partnership with government institutions and international development agencies to implement rural development projects
  • Development of rural communities, professional agricultural organizations and management of human and natural resources. 

Areas of intervention: 

- In the first phase: Kairouan, Kasserine, Sidi Bouzid and Gafsa.

The regions of Upper and Lower Steppes (Central West of the country) are characterized by the importance of agricultural and farming activities (70 to 75% of the population are rural) and have fairly strong similarities in geographical areas, resources natural evolution of farming systems and development issues and desertification …

- In a second phase:  Regions of central and southern Tunisia.

 Activities of 2012:

  1. Writing of a document entitled « Perspectives of Agricultural and Rural Development in Tunisia », which will be published later under the name NGO « ATUDAR ». Approximately 50 pages.
  2. A contact with the center  for Information, Training, Research and Documentation on Associations (IFEDA) and the Support Office for Associations (BAC) to participate in the training and development of members of the NGO « ATUDAR ».
  3. Conception logo and approaches for the design and implementation of a website for NGO.
  4. Assembly project of an integrated sustainable development of the sheep industry (Barbarine Race) : writing a preliminary study (28 pages) and organization of a workshop. We are currently looking for a sponsor to support the feasibility study and project financing.
  5. Pre-study: Development of rural tourism in Tunisia deep (21 pages).
  6. Cooperation with officials of the French « SALAM » project, supported by the French « PACA » region, focusing on the problems of development training and extension in countries of the Mediterranean basin (not approved by the EU);
  7. A public private cooperation with the former Ministry of Environment on ecotourism and biodiversity conservation in national parks in the desert regions of southern Tunisia (waiting for a reply).
  8. Study of opportunities for partnership with the association « Tunisie des 2 rives » for the implementation of a project fattening Charolais calves (not selected).
  9. Publication a few articles in the press concerning the activities of ATUDAR (TAP, Echourouk).
  10. Preparation of 3 national conferences:

- A first symposium on « Human Resources Development » in Kairouan, in October 2012 (not performed for various reasons).

- A second conference « Management of natural resources and sustainable development » Sbeïtla (Kasserine) in December 2012 (unrealized for lack of funding and political and social instability)

- A third conference « Regional Development (agricultural and rural) » in Sidi Bouzid, scheduled for December 2012 (not achieved). 

Activities 2013 – Future activities and possible projects

  1. Communication, facilitation and extension activities for the benefit of rural actors in the management of pesticides to protect human health and the environment (CIV) in partnership with ANGED and AFD (in progress).
  2. Cooperation with the French tourism association « Tunisia otherwise » (under study).
  3. Partnership with an international NGO on local development in the region of Kasserine (under study).
  4. Help the emergence and consolidation of professional organizations. Possibility of working with independent consultant who is currently working on grassroots organizations.
  5. Formation of business creation and support of women and rural youth in their projects and activities.
  6. Valorising  the horse preservation of the Arab race, the development of equestrian centres, the creation of a centre or industry training (or training abroad) and the development of industry and business activities (breeding and training horses, training for sports and horse racing or hiking, equestrian festivals ..).  The horse which should be fully recognized as part of the agriculture and Rural Affairs. Possible collaboration with the Ministry of Agriculture and the National Foundation for the Improvement of Horses Breed.
  7. Activities of organic farming, medicinal and aromatic plants.
  8. Vulgarisation of Sustainable Agriculture.
  9. The renewable energy in rural areas.
  10. Contribution to the improvement of the competitiveness of the olive oil sector.
  11. Sylvopastoral Activities and preservation of natural resources and environmental protection.
  12. Feasibility Studies: manufacturing unit suitable for sheep fattening (quality management), slaughterhouse specialized in sheep (quality).
  13. Feasibility Studies: A mill for organic olive oil, etc.
  14. Activities to help the most poor people.

 Note: The choice of possible future activities depend on the decisions of the GA, funding opportunities and skills of the new board of directors.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Commissions de travail – Pilotage de la stratégie et des activités de atudar ONG

Atudar est une ONG dynamique qui se nourrit des expériences de terrain. Pour asseoir sa stratégie et son développement, atudar s’appuie sur des commissions de travail temporaires ou permanentes, regroupant membres du CA, membres actifs et réseau de professionnels bénévoles et organisées par secteur d’activité et par grandes fonctions transverses.

Ces commissions de travail qui seront mises en place sont à même d’appuyer atudar dans ses décisions et actualiser son projet associatif et ses orientations stratégiques.

Les commissions sectorielles prévues:

1- La commission tourisme rural et tourisme écologique.

2 - La commission filière cheval en tant qu’acteur du développement rural.

3 - La commission développement durable de la filière viande ovine.

4 - La commission micro-entreprises et activités génératrices de revenus au profit des populations rurales de Kasserine (partenariat en cours avec une association internationale).

5 - La commission gestion durable des ressources naturelles.

- etc.

Les commissions transversales :

1- La commission organisation de colloques et autres activités habituelles de l’ONG:

Définir l’ensemble des procédures de planification et de recherche de financement.

2 - La commission de la formation et de l’accompagnement des jeunes promoteurs:

Définir les axes de formation et développer les compétences nécessaires aux jeunes diplômés de l’agriculture et de l’agro-alimentaire et élaborer un projet de formation et un système d’accompagnement efficace.

3 - La commission Communication :

Concevoir un site web professionnel pour atudar

Développer la communication interne et externe, aider et conseiller atudar dans ses communications;

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les IAA en Tunisie: un pilier majeur de développement agricole et rural

L’analyse rétrospective du secteur agricole permet de constater que la Tunisie a largement développé les cultures fruitières aussi bien en pluvial qu’en irrigué. La plupart des productions fruitières étaient écoulées sur le marché national. Deux cultures seulement, agrumes et des dattes, étaient destinées à l’exportation. Toutefois, avec l’apparition de l’objectif d’amélioration de la balance commerciale agricole et agroalimentaire assigné aux secteurs agricole et agroalimentaire, la gamme des produits exportés s’est progressivement étendue. Un tel processus est encore observable.

Le secteur des légumes a connu au cours des quatre dernières décennies une croissance continue des superficies, des productions et des rendements. L’élevage a également bénéficié de soutien constant par le biais de subventions et d’importation de produits fourragers, avec les interventions connues pendant les années de sécheresse. Une conséquence majeure est cependant source d’inquiétude. Il s’agit de la grande dépendance de ces systèmes de l’importation de différents intrants, notamment les semences et les fourrages.

Comme prolongement normal au développement agricole, les pouvoirs publics ont cherché à relancer IAA. Ils ont à cet effet conçu et mis en oeuvre des politiques de régulation des filières agroalimentaires. Sous l’impulsion de ces politiques mises en oeuvre, le secteur des IAA a réalisé des performances notables. Sa contribution au PIB est estimée à près de 4%. Il génère près de 19 % de la valeur ajoutée industrielle. Toutefois, l’évolution observée risque de ne pas se prolonger dans l’avenir. En effet, les incertitudes qui pèsent sur la durabilité de l’offre de l’eau pour l’agriculture sont bien connues. Il y a de ce fait un risque réel pour ne pas pouvoir continuer à assurer le rythme actuel de croissance dans la production. Les IAA peuvent connaître des difficultés d’approvisionnement en produits agricoles.

Toutefois, ces performances et ces risques sont à ventiler selon les différentes branches. L’objet de cette note est d’apprécier ces performances et ces menaces.

Une attention particulière sera accordée au contexte transactionnel dans lequel opèrent les divers opérateurs des IAA. Ce Contexte se trouve modifié par les politiques de régulation mises en oeuvre par les pouvoirs publics. Celles-ci comportent aussi bien des instruments institutionnels qu’économiques.

Dans le domaine institutionnel, on note près d’une trentaine d’organismes publics chargés de l’encadrement, de l’appui, de l’orientation des filières agroalimentaires. La coordination entre ces divers opérateurs publics gagne à être améliorée. La fixation des prix aux différents maillons des diverses filières constitue l’instrument économique le plus élevé.

La conception des mesures publiques tant institutionnelles qu’économiques ne sont pas conçues pour réduire les coûts de transaction auxquels font face les divers opérateurs des filières et partant d’améliorer la compétitivité ces dernières. Elles n’ont pas non plus favorisé le développement agricole et la mise à profit des avantages comparatifs des régions agricoles.

A cet effet, il est procédé dans un premier temps à un diagnostic global qui porte sur les principales performances du secteur en relation avec les politiques de régulation mises en oeuvre par les pouvoirs publics pour orienter les décisions des acteurs privés. Dans un temps, un second niveau d’analyse est adopté. Il se rapporte aux principales branches, les plus structurantes du secteur.

Lors de l’analyse menée une attention particulière est accordée au maillon production agricole et son articulation aux étapes de conditionnement- transformation. Une telle analyse permet d’apprécier la durabilité de la branche sous considération et d’apprécier le degré de cohérence de la filière, c’est-à-dire sa capacité à instaurer les négociations, combien nécessaires, entre ses divers maillons. Dans cette perspective de recherche de cohérence des décisions, la compétitivité d’une filière est à considérer comme un bien collectif à la disposition des divers maillons. La gestion d’un tel bien requiert l’organisation de ses usagers.

Le contenu de ce diagnostic permettra, dans une deuxième étape, d’identifier les branches dotées de la compétitivité requise et aussi des axes stratégiques à adopter. Ces derniers sont ventilés selon les deux échelons précédemment distingués, global et branches retenues. Au vu des axes arrêtés, une esquisse d’un plan d’action par filière retenue est à élaborer.

Lire la suite en PDF.

Source: Centre Tunisien des Etudes Economiques (CTEE) : http://www.ctee.tn/?p=457

Mohamed Salah Bachta – Les IAA en Tunisie: un pilier majeur de développement agricole et rural- Décembre 2012

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

L’Agriculture tunisienne : Performances et Menaces de non Durabilité

Les performances enregistrées par le secteur agricole tunisien sont les conséquences d’importants efforts de soutien et de modernisation réalisés dans le cadre d’une politique nationale de développement et de régulation des marchés agricoles.

Au cours des cinq dernières décennies, l’agriculture tunisienne a enregistré des taux de croissance remarquables. Des niveaux de sécurité alimentaires respectables ont pu être réalisés, En Effet, les taux de couverture des besoins nationaux par la production intérieure sont de prés de 48% pour les céréales, toutes espèces confondues, de 100% pour les produits de l’élevage et de 88% pour les huiles.

En dépit du développement des autres secteurs de l’économie nationale, l’agriculture conserve une importance sociale et économique indéniable et ce, grâce à ses contributions à l’emploi, près de 18% de la population active sont occupés par ce secteur, et à la formation du PIB, soit près de 10 % l’an en moyenne au cours de la période 1995 à 2007.

Toutefois, ces performances ont été réalisées au détriment du respect de l’environnement physique. C’est ainsi que les processus érosifs sont restés, malgré les efforts déployés par les pouvoirs, particulièrement actifs. La surexploitation des nappes, notamment dans les régions du centre et du Nord est des réalités. En outre de un élan peu maîtrisé des processus d’intensification, la biodiversité aussi bien des espèces végétales qu’animales a été négligée. Ces coûts sociaux de la modernisation de l’agriculture conditionnent sa résilience, notamment aux principaux chocs anticipés, la poursuite de la libéralisation des marchés des produits agricoles et les changements climatiques.

Malgré la lenteur de la mise en oeuvre des engagements pris dans le cadre de l’OMC due essentiellement aux spécificités de la question agricole, la poursuite « raisonnée » des réformes entreprises en la matière est à conduire. Elle devra essentiellement, concerner la réduction, par un meilleur ciblage, de la mesure du soutien global.

Les changements climatiques viendraient majorer les irrégularités habituelles du climat tunisien. Ces perturbations climatiques affecteraient l’agriculture pluviale notamment dans les régions du centre et du Sud.

Outre les effets directs, en tant que phénomène planétaire, les changements climatiques peuvent influencer le secteur agricole tunisien à travers la volatilité des cours mondiaux de certains produits. La flambée des prix des céréales observée depuis 2007 est une illustration patente de ces effets indirects. Au vu de cette évolution des prix, certains pays exportateurs de ces produits ont procédé à des contingentements quantitatifs de leurs exportations. Ces éléments permettent de poser le problème de la sécurité alimentaire en des termes différents du simple équilibre de la balance commerciale des produits agroalimentaires.

Le secteur agricole sera donc appelé dans l’avenir à réaliser de la croissance économique et garantir la sécurité alimentaire à des coûts acceptables, compatibles avec le maintien de la compétitivité prix de l’économie tunisienne.

La réalisation de ces deux objectifs requiert l’adoption de deux orientations stratégiques majeures.

La première concerne la protection des ressources communes et ce par une redynamisation des associations d’usagers.

La seconde un meilleur ciblage du soutien public. Un tel ciblage est avant tout une reconnaissance de la dualité de l’agriculture. Selon cette logique, les transferts directs profiteraient à l’agriculture dite sociale. L’octroi de ces transferts sera conditionné par l’adoption de techniques et de cultures assurant la protection de l’environnement.

Les transferts indirects, via les prix, devront être les exploitations à caractère économique, doté de potentiel pouvant être intensifié, à mettre à profit les gisements de gain de productivité qu’ils détiennent.

Source: Centre Tunisien des Etudes Economiques (CTEE): http://www.ctee.tn/?p=107

Mohamed Salah BACHTA - L’Agriculture tunisienne: Performances et Menaces de non Durabilité – Juin – 2011 (voir PDF)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Association Tunisienne de Développement Agricole et Rural

« ATUDAR »

Pour contribuer au développement des ressources humaines, naturelles et productives en vue de l’amélioration des revenus et des conditions de vie des populations rurales et leur engagement dans un processus de développement durable et inclusif

Mail: atudar2011@gmail.com
Sites:

http://www.linkedin.com/profile/view?id=223083332&trk=tab_pro

http://www.linkedin.com/groups/ATUDAR-Association-Tunisienne-D%C3%A9veloppement-Agricole-4673163?trk=myg_ugrp_ovr

http://www.facebook.com/groups/350743945031162/

https://twitter.com/atudarONG

Date de création: 08 décembre 2011

Conformément  au Décret – loi n° 88 de 2011 en date du 24 Septembre 2011 concernant l’organisation des associations.

Publiée sous la matricule d’identifiant n° 2012Y00008APSF1 au JORT N° 6 du 14 janvier 2012.

Article 3 du statut-type de l’ONG : 

Objet : Développement agricole et rural

Objectifs: Participation à :

- Etude et mise en œuvre de projets de développement dans les zones rurales en adoptant l’approche participative.
- Création et renforcement des organisations professionnelles actives dans le domaine agricole et rural.
- Développement des compétences des acteurs du développement agricole et rural.
- Amélioration de la qualité des produits et le renforcement de la compétitivité agricole
- Renforcement du rôle des femmes et des jeunes ruraux dans le développement.
- Intégration des techniques de préservation de l’environnement dans les programmes de développement et l’exploitation rationnelle des ressources naturelles pour assurer la durabilité.
- Contribution à l’effort national pour créer et soutenir les emplois dans les zones rurales.

I-                   MISSION GENERALE

Contribuer à une gestion raisonnée et concertée des ressources locales en vue de l’amélioration des revenus et des conditions de vie des populations rurales et leur engagement dans un processus de développement durable et équitable selon deux approches :

Approches participative : La conception, la mise en œuvre, l’évaluation des actions de développement sont entreprises conjointement avec la population et ses différentes organisations professionnelles (ex: GDA). L’ATUDAR joue le rôle d’animateur pour la mobilisation des potentialités propres et des ressources d’appui aux activités de développement.

Approche de développement local qui implique l’amélioration du niveau, du cadre et du milieu de vie d’une communauté donnée par une intégration harmonieuse des actions entre différents secteurs d’activité. Il propose une approche globale, intégrée, communautaire et horizontale du développement qui tient compte des différentes composantes du développement: technologique, économique, sociale et environnementale.

Au centre de cette approche figure la création de partenariats entre secteur public, professionnel et privé afin de regrouper les acteurs de l’économie locale.

II-                   OBJECTIFS ET ACTIVITÉS CORRESPONDANTES:

A travers ses initiatives ATUDAR vise les objectifs suivants :

 Objectif 1 : Appuis au fonctionnement des institutions de base existantes (CDL, GDA, SMSA) mises en place par d’autres intervenants de manière à ce qu’elles soient efficaces et durables

-          Elaborer et mettre en œuvre des programmes de formation spécifiques et d’appui technique (ou de mise à niveau) pour améliorer les capacités d’intervention de ces organisations et renforcer leur fonctionnement.

-          Participer à la mise à disposition des différentes organisations les informations nécessaires relatives à leur environnement et à leurs activités.

-          Animer plusieurs sessions de formation au profit des membres des conseils d’administration de ces OP (gestion financière, gestion des activités, élaborations des plans de développement, gestion administrative et gestion des ressources humaines).

-          Participer à la dynamisation et au renforcement des OP (visites, échanges d’expériences, appui et assistance adaptés, etc.)

-          Information/sensibilisation, renforcement des ressources humaines.

-          Sensibiliser et encourager les OP à être réactives et à mieux répondre aux besoins dont font état leurs membres en matière d’encadrement technique, de services et d’appui pour la mise en marché des productions à la hauteur des potentialités.

-          Participer au renforcement des capacités des acteurs, le renforcement des liens et le développement des procédures de collaboration entre les différentes OP et institutions (synergie, complémentarité, et coordination des interventions).

Objectif 1 bis : Appui à l’émergence et la création des nouvelles OP :

Les principes généraux qui doivent nous guider pour l’appui à l’émergence et à la création des  nouvelles OP sont les suivants :

-          Les nouvelles OP ont plus de chances d’être efficaces si elles sont définies de façon concertée, à partir de l’analyse des fonctions et de tâches qu’elles auront à assumer.

-          L’émergence des nouvelles OP est favorisée si on applique les outils de l’approche  participative et si on adopte l’apprentissage participatif.

-          Les groupes qui réussissent le mieux sont les groupes relativement homogènes, structurés pour répondre à des enjeux réels, autours d’activités génératrices de revenus, ayant des ressources financière diversifiées et suffisantes, fonctionnant de façon démocratique et dont les responsables sont choisis par les adhérents avec soin.

Objectif 2 : Aide au développement des systèmes de production rentables et viables et appui aux jeunes promoteurs

-          Appui à l’identification, l’analyse et la réalisation de projets agricoles.

-          Développer l’esprit d’initiatives et la créativité des promoteurs agricoles en vue de réaliser des projets productifs

-          Aider les agriculteurs à développer des systèmes de production rentables et préservant l’environnement.

-          Initier la création des groupements de producteurs à travers des activités de sensibilisation, de formation, de visites intra-régions.

-          Participer à la conception et la mise en place des approches de vulgarisation / animation de groupe, adaptée aux besoins réels des différents groupes de producteurs.

Objectif 3 : appui à la mise en place d’une démarche qualité permettant la mise en conformité de certains produits agricoles a des référentiels ou a des protections.

Cette démarche qualité repose sur deux niveaux de qualité :

-          Qualité générique: Application des bonnes pratiques de production (BPP) en l’occurrence des principaux référentiels de qualité (Global GAP – ISO –HACCP – BRC – IFC…)

-          Qualité spécifique : repose sur l’Agriculture Biologique (BIO) les Appellations d’Origine Contrôlée (AOC) et les Indications de Provenance (IP)

Pour la production animale,  les signes de qualité en perspectives concernent : la viande d’agneau de  Sidi Bouzid qui pâture dans les parcours de la région, aussi les poulets et des œufs produits dans les petites exploitations paysannes, etc.

Pour la production végétale on peut introduire l’indication de provenance (IP) des figues de barbarie de Zelfene au gouvernorat de Kasserine, etc.

Par cette démarche on peut :

-          Améliorer la qualité et la compétitivité de ces produits agricoles.

-          Etudier la traçabilité de chaque produit.

-          Valoriser le patrimoine national de plusieurs produits agricoles.

-          Repositionner le produit sur le marché national et international pour mieux exporter nos produits agricoles.

-          Introduire la notion de produit bio pour certains produits de campagne comme le miel des fleurs de forêts, le beure de brebis, etc…

Ces Démarche de qualification, telle que celle de la viande de mouton, ont pour but aussi la valorisation des productions des zones rurales difficiles et écologiquement fragiles.

La contribution de l’ONG à l’instauration d’une démarche qualité consiste à :

-          Former les producteurs aux systèmes qualité et compétitivité des produits agricoles.

-          Faire connaître la qualité de ces produits agricoles, identifier et développer des nouveaux créneaux sur le marché.

-          Etablir des cahiers de charge et des systèmes de traçabilité.

-          Améliorer les liens entre la production et le marché et améliorer la circulation de l’information entre les différents maillons des filières.

Objectif 4Renforcement des capacités des femmes rurales et leurs contribution dans les programmes de développement en intégrant l’approche GED.

-          Identification et prise en compte des besoins et les attentes des jeunes (filles et garçons) dans le développement (formation, micro-projets, activités socio-culturelles, etc.).

-          Renforcement de l’intégration des femmes rurales dans le développement, afin d’améliorer leurs conditions de vie et de travail et leur statut en soulignant l’importance et la valeur de leurs contributions.

-          Développement des projets pilotes et des activités génératrices de revenus stables identifiées dans les plans de développement participatifs PDP (artisanat, production et transformation des produits agricoles, etc.).

-          Appui aux jeunes pour accéder aux opportunités de formation.

-          Conception et réalisation des sessions d’information et de formation et d’accompagnement ciblées auprès des femmes/filles/jeunes et des organisations féminines.

Objectif 5: Contribuer au développement économique et social des zones rurales selon un processus d’auto-développement

-          Aider les ruraux marginalisés à s’intégrer dans le tissu économique par la réalisation des projets rentables (en agriculture, artisanat, tourisme rural, métiers liés à la filière cheval, petits métiers divers) afin d’améliorer leurs revenus et de réduire les causes d’exclusion génératrices des phénomènes d’exode et de migration.

-          Promouvoir l’auto-prise en charge par la création de CD, d’un réseau local de volontariat, d’entraide et de solidarité.

-          Valoriser leurs propres potentialités, leur savoir faire et leur ingéniosité.

Le développement local des zones rurales est fondé sur l’utilisation rationnelle des capacités et des ressources locales, les acteurs doivent définir des priorités communes pour le développement de leur zone ou région, en tenant compte des contextes sociaux et environnementaux. Le partenariat peut être crée au sein d’un forum ou d’une commission pour le développement local.

Objectif 6 : Intégration des techniques de protection de l’environnement et de gestion durable des ressources naturelles dans les actions et programmes de développement

-          Appui aux jeunes promoteurs de projets relatifs à la protection de l’environnement et au développement durable.

-          Sensibiliser les populations sur les moyens à assurer la durabilité des activités et leur bonne exploitation.

-          Porter une attention particulière à la conservation des eaux et du sol, éviter la pollution et valoriser les sous-produits.

-          Sensibilisation sur les moyens de préservation, protection et développement de l’agrobiodiversité (ressources biologiques) et des milieux écologiques.

-          Sensibilisation sur les moyens de lutte contre la perte, la dégradation des terres et la désertification et les impacts des changements climatiques.

III-                   ACTIVITÉS HABITUELLES

  •  Organisation de réunions, d’atelier de travail, rencontres et de journées d’études.
  • Participation, selon les demandes, à tous les activités d’études, de conception et d’évaluation des projets de développement agricole.
  • Participation à toute manifestation régionale de développement agricole et rural.
  • Participation avec les différents partenaires au sein des commissions régionales pour identifier les besoins et les priorités du développement régional.

 IV-                   PERSPECTIVES D’AVENIR

 l’ATUDAR vise à devenir une ONG leader spécialisée en développement agricole et rural, socialement responsable et engagée pour l’environnement.

  • Etablissement de relations de partenariat avec des associations locales de développements dans l’objectif  du renforcement et d’appui à ces associations et d’une meilleure intégration économique et sociale des bénéficiaires.
  • Etablissement de relations de coopération avec les ONG similaires structures, organisations nationale et internationale ayant les mêmes objectifs.
  • Adhésion aux réseaux d’Organisations internationales de protection de l’environnement et développement durable.           

V-                   ZONES D’INTERVENTION

  •  Dans un premier temps : Kairouan, Kasserine, Sidi Bouzid et Gafsa
  • Les régions des Hautes et Basses Steppes (Centre Ouest du pays) sont caractérisées par l’importance des activités agricoles et agropastorales (70 à 75 % de la population sont des ruraux) et présentent des similitudes assez fortes au niveau des espaces géographiques, des ressources naturelles, de l’évolution des systèmes agraires et des problématiques du développement et de désertisation.
  • Dans une deuxième phase:Régions limitrophes du centre et du sud.

VI-                   RESSOURCES FINANCIERES

Mobiliser les moyens des adhérant (cotisations), les dons et des toute ressource financière en provenance des partenaires potentiels (économie sociale et solidaire) qui ne portent pas atteinte à la souveraineté du pays.

VII-                   RESSOURCES HUMAINES SOUHAITABLES

  •  Intelligence économique et veille stratégique avec une expérience en développement agricole et rural.
  • Economie des projets agricoles et des projets de développement rural.
  • Développement territorial (local).
  • Sociologie du développement (Accompagnement du changement)
  • Création et gestion des activités des organisations professionnelles.
  • Création des entreprises et accompagnement des jeunes promoteurs.
  • Systèmes qualité et indicateurs de performance
  • GRN et développement durable
  • Conception de sites web et de bases de données
  • Système d’information géographique
  • Communication marketing relations publiques
  • Affaires juridiques
  • Comptabilité

VIII-  PARTENAIRES POTENTIELS

  • Ministère de l’Agriculture
  • Secrétariat d’Etat de l’Environnement
  • Ministère du Développement Régional et  de la Coopération Internationale
  • Agence Française de Développement (AFD)
  • Coopération technique allemande (GIZ)
  • PNUD – Bureau de Tunis
  • FAO – Bureau de Tunis
  • FEM (Fond de l’Environnement Mondial)
  • FIDA
  • Projets de développement agricole intégré de Sidi Bouzid, de Kasserine et de Kairouan, etc.
  • Projet « SALAM » (Synergies et Améliorations de La formation des acteurs ruraux pour les Agricultures des espaces Méditerranéens).
  • Réseau RIIFADEL (Réseau International d’Ingénierie de la Formation Appliquée au Développement Local)

I-                   VALEURS  A  RESPECTER

Atudar ONG se positionne comme partenaire du développement agricole et rural, notamment dans les zones et régions rurales défavorisées du Centre et du Sud, qui va œuvrer tant au niveau stratégique qu’au niveau pratique pour servir les besoins des populations rurales en adoptant l’approche de développement local (territorial). Atudar reste attachée aux principes de l’indépendance politique et de l’alternance des responsables pour sa bonne gouvernance.

  • Esprit d’entraide et de volontariat.
  • Interdiction totale de l’utilisation des objectifs et activités de l’ONG à des fins politiques.
  • Expérience confirmées des membres en matière de développement agricole et rural.
  • La disponibilité et le respect des engagements moraux.
  • La réussite de l’ONG dépend du dynamisme et de la contribution efficace de tous les adhérents aux activités de l’ONG.
  • Intégrité et honnêteté
  • Transparence
  • Ecoute et respect des bénéficiaires
  • Aide et coopération pour une meilleure formulation des demandes et des objectifs des commanditaires.
  • Respect de l’environnement naturel et social.

Siège social (Provisoire) : 09 Oqba Ibn Nafi – 9100 Sidi Bouzid

Sur décision du conseil d’administration, ce siège peut changer ainsi que les divisions, sections et les organisations en rapport avec l’association à condition d’y mettre au courant le Secrétaire Général du gouvernement dans un délai ne dépassant pas 30 jours (Article 5).

Adresse (Provisoire) : Association Tunisienne de Développement Agricole et Rural (ATUDAR)   – BP : 302 –    9100 Sidi Bouzid   – Tunisie.

E-mail : atudar2011@gmail.com

Tél (Portable) : 00216 98 915 123

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire